Accueil » Méfiez-vous des assureurs

Méfiez-vous des assureurs

Méfiez-vous des assureursPendant le webinaire gratuit que j’ai coprésenté la semaine dernière, j’ai présenté les options comme des assurances. Je procède toujours ainsi. Je trouve que c’est une bonne entrée en matière car après tout, c’est ce qu’elles sont.
De plus, ça me permet de faire une superbe transition vers le sujet de cet article: les assureurs !

Méfiez-vous des assureurs, mon histoire.

Lorsque j’ai déménagé en décembre 2012, j’ai fait faire un devis à mon assureur historique. Celui-ci me convenait, j’ai donc signé avec lui le nouveau contrat d’assurance.

En novembre 2013, je reçois mon relevé de cotisation pour l’année à venir et je constate une forte augmentation. J’avais rajouté une clause pour que mes enfants soient assurés également à l’école, mais malgré tout, la hausse était assez importante. J’ai appelé mon assureur pour râler et j’ai obtenu une ristourne.

En novembre 2014. Mon assureur remet ça. Cette fois, 5% de hausse alors que rien n’avait changé dans mon contrat ! J’appelle illico mon assureur et lui dit clairement que je n’acceptais pas une telle hausse que rien ne justifiait. Encore une fois, j’obtins une remise mais subis malgré tout une petite hausse de ma prime.

Début de ce mois-ci, nouvel échéancier et encore une hausse de 3.6% ! Cette fois-ci, cela en était trop. J’ai tout de suite répondu à mon assureur, par courrier avec accusé de réception, dans lequel je spécifiais que comme me l’autorisait l’article L. 113-15-1 du Code des assurances et selon la loi Châtel, je ne souhaitais pas renouveler le dit contrat d’assurance.

Vous rendez-vous compte ? En trois ans, ma prime d’assurance aurait grimpé de près de 15% si je n’avais pas fait attention et si je n’avais pas râlé et négocié chaque année.

Pourquoi je vous raconte  cet épisode de ma vie qui, je vous l’accorde, n’a rien de très passionnant ? 

 

Méfiez-vous des assureurs, conclusions.

Premièrement, pour que vous aussi vous fassiez attention à vos primes d’assurance ! Il n’y a aucune raison pour que celles-ci augmentent davantage que le coût de l’inflation. Ne vous laissez pas endormir par votre assureur et n’hésitez pas à négocier.

Deuxièmement, vous devez comprendre que dans un marché de gré à gré, vous êtes à la merci de votre contrepartie. Pour éviter les arnaques, vous devez aller sur des marchés centralisés et réglementés. C’est-à-dire que sur les marchés financiers, vous devez laisser tomber des dérivés comme les options binaires, les warrants et les CFD pour vous diriger vers les actions, les options « vanilles » et les futures.

 

Méfiez-vous des assureurs, conseils.

La plupart du temps, malheureusement, on n’a pas la chance d’avoir des marchés régulés sous la main pour faire ses achats ou s’assurer pour le quotidien. C’est pourquoi dans la mesure du possible, vous devez recréer un « équivalent ».

Pour cela, vous devez faire jouer la concurrence. Consultez plusieurs assureurs et négociez !
Vous devez aussi augmenter le volume. En effet, regroupez toutes vos assurances (maisons, voitures, sports, etc…). Plus vous aurez de choses à assurer, plus vous aurez de chance d’avoir de bons prix.
Et enfin, demandez à payer en une fois. En effet, si vous échelonnez le paiement de vos primes, vous paierez plus cher.

 

Méfiez-vous des assureurs ou devenez-en un !

Quoi que vous fassiez et que vous soyez un bon négociateur ou non, vous n’y échapperez pas. Vous devrez payer une prime pour vos assurances et dans la grande majorité des cas, cette assurance ne vous servira à rien. Remarquez, que lorsque l’on fait fonctionner son assurance, ce n’est jamais bon signe…

Encore une fois, grâce aux marchés financiers, il existe un dérivé qui vous offre la possibilité de devenir l’assureur. Il s’agit des options !
Si vous utilisez correctement les options, vous pourrez vous aussi vendre des primes qui finiront la plupart du temps sans valeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *